Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Nos communiqués de presse

Bure : soutien aux personnes menacées d’expulsion par l’Andra

Communiqué du 8 février 2017



Alors qu’une audience vient de se tenir au tribunal de Bar-le-Duc en vue de l’expulsion des habitant.e.s du Bois Lejuc, le Réseau “Sortir du nucléaire" renouvelle son soutien aux personnes menacées d’expulsion qui, par tous les temps, habitent ce bois et le protègent de la destruction et de la reprise des travaux préparatoires à CIGÉO.

Le rendu de l’ordonnance en vue de l’expulsion a été fixé au 22 février. Il serait inacceptable que l’Andra refuse d’attendre cette décision de justice. Il serait par ailleurs tout aussi inacceptable que l’agence ose procéder à l’expulsion des habitant.e.s du bois, alors que celui-ci lui a été cédé à l’issue d’une décision qui devrait être considérée comme illégale. Le 31 janvier, Mme la rapporteure publique du Tribunal administratif de Nancy a requis l’annulation de la délibération du Conseil municipal de Mandres-en-Barrois à l’issue de laquelle le Bois Lejuc a été cédé à l’Andra, en raison d’irrégularités lors du vote. L’Andra prendrait-elle le risque, sans même attendre le rendu du délibéré du tribunal administratif le 28 février, d’expulser des personnes d’un bois qui selon toute probabilité ne lui appartiendra bientôt plus ?

Le Réseau “Sortir du nucléaire“ dénonce la stratégie de la tension mise en place par l’Andra, qui, se sachant en difficulté sur le terrain juridique, accentue la pression sur les occupant.es du bois. Ce matin, alors que la plupart des militant.e.s étaient au tribunal pour assister à l’audience, des pelleteuses ont même commencé à attaquer des constructions protégeant un champ cultivé autour d’un des lieux de vie des opposants locaux, mettant en danger des personnes.

Nous dénonçons fermement la violence et les méthodes de l’Andra, dont un vigile, lors de ses dernières intrusions dans le Bois Lejuc, a blessé une jeune femme au visage ; le responsable des achats fonciers de l’Andra a même poussé le cynisme jusqu’à vider une bouteille de produit inflammable à côté de militants à terre ! Est-ce donc ce qu’entend l’Andra lorsqu’elle parle de "dialogue avec la société civile" ?

Les opposants appellent à une semaine d’action du 14 au 18 février et à une manifestation le 18 février.

Alors qu’une audience vient de se tenir au tribunal de Bar-le-Duc en vue de l’expulsion des habitant.e.s du Bois Lejuc, le Réseau “Sortir du nucléaire" renouvelle son soutien aux personnes menacées d’expulsion qui, par tous les temps, habitent ce bois et le protègent de la destruction et de la reprise des travaux préparatoires à CIGÉO.

Le rendu de l’ordonnance en vue de l’expulsion a été fixé au 22 février. Il serait inacceptable que l’Andra refuse d’attendre cette décision de justice. Il serait par ailleurs tout aussi inacceptable que l’agence ose procéder à l’expulsion des habitant.e.s du bois, alors que celui-ci lui a été cédé à l’issue d’une décision qui devrait être considérée comme illégale. Le 31 janvier, Mme la rapporteure publique du Tribunal administratif de Nancy a requis l’annulation de la délibération du Conseil municipal de Mandres-en-Barrois à l’issue de laquelle le Bois Lejuc a été cédé à l’Andra, en raison d’irrégularités lors du vote. L’Andra prendrait-elle le risque, sans même attendre le rendu du délibéré du tribunal administratif le 28 février, d’expulser des personnes d’un bois qui selon toute probabilité ne lui appartiendra bientôt plus ?

Le Réseau “Sortir du nucléaire“ dénonce la stratégie de la tension mise en place par l’Andra, qui, se sachant en difficulté sur le terrain juridique, accentue la pression sur les occupant.es du bois. Ce matin, alors que la plupart des militant.e.s étaient au tribunal pour assister à l’audience, des pelleteuses ont même commencé à attaquer des constructions protégeant un champ cultivé autour d’un des lieux de vie des opposants locaux, mettant en danger des personnes.

Nous dénonçons fermement la violence et les méthodes de l’Andra, dont un vigile, lors de ses dernières intrusions dans le Bois Lejuc, a blessé une jeune femme au visage ; le responsable des achats fonciers de l’Andra a même poussé le cynisme jusqu’à vider une bouteille de produit inflammable à côté de militants à terre ! Est-ce donc ce qu’entend l’Andra lorsqu’elle parle de "dialogue avec la société civile" ?

Les opposants appellent à une semaine d’action du 14 au 18 février et à une manifestation le 18 février.



Sur le même thème




Pour toute sollicitation médiatique, merci de contacter Charlotte Mijeon, chargée de communication et des relations extérieures.

charlotte.mijeon@sortirdunucleaire.fr
Tél : 06 64 66 01 23


Pétition : ne validez pas la
cuve défectueuse de l’EPR !