Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Revue de presse

Février 2017 / Le Figaro

Record d’importation d’électricité en France



Publié

 

 

Au mois de janvier, quand la vague de froid a sévi pendant une bonne dizaine de jours, les importations d'électricité ont largement contribué à la sécurité d'approvisionnement du pays. Trois pays en particulier - l'Allemagne, l'Espagne et la Belgique - ont acheminé du courant vers l'Hexagone en grandes quantités.

Heureusement que la France peut compter sur ses voisins. Au mois de janvier, quand la vague de froid a sévi pendant une bonne dizaine de jours - avec des températures inférieures de 6 à 8 % sous les normales saisonnières -, les importations d'électricité ont largement contribué à la sécurité d'approvisionnement du pays. Un nouveau record a même été établi, selon les données publiées vendredi par Réseau de transport d'électricité (RTE) - la filiale d'EDF en charge des lignes haute et très haute tension - avec un solde importateur équivalent à 0,95 térawattheure (TWh). Un tel seuil n'avait pas été enregistré depuis l'hiver 1980. Trois pays en particulier - l'Allemagne, l'Espagne et la Belgique - ont acheminé du courant vers l'Hexagone en grandes quantités.

Toujours au rayon des records, la consommation d'électricité en France a grimpé de 14,3 % au mois de janvier - par rapport à la même période en 2016 - et un pic a été enregistré à hauteur de 94,2 gigawatts (GW), le plus élevé depuis 2012, toujours selon les relevés de RTE. Cette année en France, la perspective de l'hiver avait suscité une appréhension beaucoup plus forte que les années précédentes, en raison des incertitudes sur le fonctionnement du parc nucléaire. À la fin de l'automne en effet, une vingtaine de réacteurs, soit plus d'un tiers du parc, étaient à l'arrêt soit pour des opérations de maintenance, soit pour des tests de résistance de certains gros équipements.

Finalement, la plupart des réacteurs ont été raccordés au réseau avant la vague de froid mais cela n'a pas empêché la production nucléaire de reculer de 2,6 % au mois de janvier. A contrario, les livraisons des centrales thermiques, en particulier les cycles combinés gaz, ont bondi de 71 %, à 8,3 TWh. Une telle situation renforce les positions des défenseurs d'un « mix » énergétique équilibré, avec le maintien d'énergies fossiles pour gommer les intermittences des énergies renouvelables. Toujours en janvier, la production éolienne a reculé de près de 30 %.

 

> Voir la source


Thèmes
Maîtrise de l’énergie