Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

La phrase qui tue le nucléaire

Mikhaïl Gorbatchev (Prix Nobel de la Paix, dernier président de l’URSS)




"Dans le contexte économique actuel, les armes nucléaires représentent un gouffre financier sans fond."



"Les critiques du désarmement nucléaire le présentent comme irréaliste au mieux, et au pire comme un rêve utopiste dangereux. Ils avancent la « longue paix » de la Guerre froide comme preuve du fait que seule la dissuasion nucléaire est en mesure d’éviter une nouvelle guerre majeure.

Ayant moi-même eu la maîtrise de ces armes, je ne suis absolument pas d’accord avec ce point de vue. La dissuasion nucléaire a toujours été un garant brutal et fragile de la paix. En ne parvenant pas à proposer un plan convaincant de désarmement nucléaire, les États-Unis, la Russie et les autres puissances nucléaires dessinent par leur inaction un avenir dans lequel les armes nucléaires seront fatalement utilisées. Nous devons empêcher cette catastrophe. [...]

Seul un programme sérieux de désarmement nucléaire universel peut apporter l’assurance et la crédibilité nécessaires à l’établissement d’un consensus global sur le fait que la dissuasion nucléaire est une doctrine qui a fait son temps. Nous ne pouvons plus nous permettre, que ce soit politiquement ou financièrement, la nature discriminatoire du système actuel de pays dotés et de pays non-dotés de l’arme nucléaire. [...]

Notre planète reste trop militarisée. Dans le contexte économique actuel, les armes nucléaires représentent un gouffre financier sans fond. Si, comme il le semble, les difficultés économiques persistent, les États-Unis, la Russie, et les autres puissances nucléaires doivent saisir l’occasion pour lancer des réductions multilatérales des armements par la biais de nouveaux circuits ou de circuits existants comme la Conférence du désarmement des Nations unies. Ces délibérations devraient déboucher sur plus de sécurité, pour un coût moindre."

(Source : Dire adieu aux armes nucléaires)

"Les critiques du désarmement nucléaire le présentent comme irréaliste au mieux, et au pire comme un rêve utopiste dangereux. Ils avancent la « longue paix » de la Guerre froide comme preuve du fait que seule la dissuasion nucléaire est en mesure d’éviter une nouvelle guerre majeure.

Ayant moi-même eu la maîtrise de ces armes, je ne suis absolument pas d’accord avec ce point de vue. La dissuasion nucléaire a toujours été un garant brutal et fragile de la paix. En ne parvenant pas à proposer un plan convaincant de désarmement nucléaire, les États-Unis, la Russie et les autres puissances nucléaires dessinent par leur inaction un avenir dans lequel les armes nucléaires seront fatalement utilisées. Nous devons empêcher cette catastrophe. [...]

Seul un programme sérieux de désarmement nucléaire universel peut apporter l’assurance et la crédibilité nécessaires à l’établissement d’un consensus global sur le fait que la dissuasion nucléaire est une doctrine qui a fait son temps. Nous ne pouvons plus nous permettre, que ce soit politiquement ou financièrement, la nature discriminatoire du système actuel de pays dotés et de pays non-dotés de l’arme nucléaire. [...]

Notre planète reste trop militarisée. Dans le contexte économique actuel, les armes nucléaires représentent un gouffre financier sans fond. Si, comme il le semble, les difficultés économiques persistent, les États-Unis, la Russie, et les autres puissances nucléaires doivent saisir l’occasion pour lancer des réductions multilatérales des armements par la biais de nouveaux circuits ou de circuits existants comme la Conférence du désarmement des Nations unies. Ces délibérations devraient déboucher sur plus de sécurité, pour un coût moindre."

(Source : Dire adieu aux armes nucléaires)