Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Fessenheim peut et doit être fermée maintenant !

Actualités

Les associations alsaciennes dénoncent le rapport fallacieux de MM. Goua et Mariton sur le coût de la fermeture de Fessenheim

1er octobre 2014 |




Réaction des associations antinucléaires alsaciennes au rapport parlementaire évaluant à 5 milliards d’euros les coûts de la fermeture de Fessenheim et plaidant pour son report.



  • L’association Stop Fessenheim
  • le Comité pour la Sauvegarde de Fessenheim et de la plaine du Rhin
  • Alsace Nature
  • Stop Transports Halte au Nucléaire

tiennent à dénoncer

Le rapport fallacieux de MM. Goua et Mariton sur le coût de la fermeture de Fessenheim

Les députés Goua et Mariton viennent de publier un rapport sur le coût, selon eux, de la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim. Ayant auditionné le 27 mai 2014 les représentants de 4 associations (Alsace Nature, Stop Transports Halte au Nucléaire, Stop Fessenheim et le Comité pour la Sauvegarde de Fessenheim et de la plaine du Rhin), ils se servent du nom de leurs quatre interlocuteurs pour tenter de crédibiliser leur rapport.

Ceci est particulièrement abject, lorsque l’on constate à la lecture de ce document, qu’aucune contribution apportée par les associations n’y a été intégrée.

Le rapport ne reprend ni les éléments de coûts liés aux risques particuliers de la centrale de Fessenheim, ni les conséquences de son fonctionnement chaotique en termes de perte d’exploitation, ni les chiffres réels de sa très faible production liées à ses pannes à rebondissements… Il ne chiffre pas davantage les conséquences potentielles d’un accident grave ou majeur et oublie volontairement la mise en danger des territoires.

Le rapport est exclusivement à charge, majore volontairement les coûts sur l’hypothèse insoutenable d’une exploitation durant 63 ans (!!!) insoutenable, autant au plan éthique qu’au plan technique.

Le rapport ne prend pas sérieusement en compte les données du contrat secret qui existe entre EDF et ses homologues suisses et allemands, qui disposent d’un droit de tirage à hauteur de 32,5% (droit qui s’éteindrait évidemment lors de l’arrêt de Fessenheim). D’ailleurs, pourquoi n’ont-ils pas exigé production de ce document qui avait été conclu à une époque où EDF était encore publique ?

Le rapport ignore volontairement que l’ASN doit donner un avis et qu’une nouvelle enquête publique est prévue par le législateur (projet de loi) pour le passage des 40 ans d’exploitation par les centrales nucléaires, soit en 2017 pour Fessenheim (mise en exploitation en 1977) ; ce qui signifie que la fermeture de Fessenheim en 2016, comme promis par François Hollande, ne raccourcirait que d’une seule année cette échéance. Car, l’ASN exige pour ce passage que les standards de sécurité les plus récents soient respectés. Ceci est évidemment impossible pour Fessenheim dont les bâtiments réacteurs sont à simple enveloppe, dont les piscines sont particulièrement vulnérables, dont l’acier des réacteurs commence à fissurer, qui est construite de surcroît sur une faille sismique et qui ne répond plus aux critères antisismiques actuels. Centrale également inondable, puisque située 9 m sous la ligne d’eau du Canal d’Alsace qui en est mitoyen.

Faut-il ajouter que Monsieur Mariton était absent à l’audition pour laquelle il avait fait déplacer 4 responsables associatifs depuis l’Alsace ? Ceci donne la bonne mesure du peu de sérieux de son rapport, qui ressemble plus au copier-coller d’une production du lobby nucléaire qu’à un travail d’analyse sérieux qui aurait pu être le bienvenu !

Aussi, nous tenons à dénoncer le rapport Goua - Mariton présenté le 30 septembre en Commission à l’Assemblée Nationale et à protester officiellement contre l’utilisation du nom des associations et de leurs représentants pour le crédibiliser. Nous invitons par contre les deux rapporteurs à communiquer largement sur les coûts insurmontables que serait pour la Nation un accident majeur à Fessenheim, ce qu’un peu d’objectivité devrait aussi les amener à envisager.

André Hatz

Pour le Collectif

andre.hatz@wanadoo.fr

tél. +33 3 88 08 00 27

gsm +33 6 82 02 69 79

  • L’association Stop Fessenheim
  • le Comité pour la Sauvegarde de Fessenheim et de la plaine du Rhin
  • Alsace Nature
  • Stop Transports Halte au Nucléaire

tiennent à dénoncer

Le rapport fallacieux de MM. Goua et Mariton sur le coût de la fermeture de Fessenheim

Les députés Goua et Mariton viennent de publier un rapport sur le coût, selon eux, de la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim. Ayant auditionné le 27 mai 2014 les représentants de 4 associations (Alsace Nature, Stop Transports Halte au Nucléaire, Stop Fessenheim et le Comité pour la Sauvegarde de Fessenheim et de la plaine du Rhin), ils se servent du nom de leurs quatre interlocuteurs pour tenter de crédibiliser leur rapport.

Ceci est particulièrement abject, lorsque l’on constate à la lecture de ce document, qu’aucune contribution apportée par les associations n’y a été intégrée.

Le rapport ne reprend ni les éléments de coûts liés aux risques particuliers de la centrale de Fessenheim, ni les conséquences de son fonctionnement chaotique en termes de perte d’exploitation, ni les chiffres réels de sa très faible production liées à ses pannes à rebondissements… Il ne chiffre pas davantage les conséquences potentielles d’un accident grave ou majeur et oublie volontairement la mise en danger des territoires.

Le rapport est exclusivement à charge, majore volontairement les coûts sur l’hypothèse insoutenable d’une exploitation durant 63 ans (!!!) insoutenable, autant au plan éthique qu’au plan technique.

Le rapport ne prend pas sérieusement en compte les données du contrat secret qui existe entre EDF et ses homologues suisses et allemands, qui disposent d’un droit de tirage à hauteur de 32,5% (droit qui s’éteindrait évidemment lors de l’arrêt de Fessenheim). D’ailleurs, pourquoi n’ont-ils pas exigé production de ce document qui avait été conclu à une époque où EDF était encore publique ?

Le rapport ignore volontairement que l’ASN doit donner un avis et qu’une nouvelle enquête publique est prévue par le législateur (projet de loi) pour le passage des 40 ans d’exploitation par les centrales nucléaires, soit en 2017 pour Fessenheim (mise en exploitation en 1977) ; ce qui signifie que la fermeture de Fessenheim en 2016, comme promis par François Hollande, ne raccourcirait que d’une seule année cette échéance. Car, l’ASN exige pour ce passage que les standards de sécurité les plus récents soient respectés. Ceci est évidemment impossible pour Fessenheim dont les bâtiments réacteurs sont à simple enveloppe, dont les piscines sont particulièrement vulnérables, dont l’acier des réacteurs commence à fissurer, qui est construite de surcroît sur une faille sismique et qui ne répond plus aux critères antisismiques actuels. Centrale également inondable, puisque située 9 m sous la ligne d’eau du Canal d’Alsace qui en est mitoyen.

Faut-il ajouter que Monsieur Mariton était absent à l’audition pour laquelle il avait fait déplacer 4 responsables associatifs depuis l’Alsace ? Ceci donne la bonne mesure du peu de sérieux de son rapport, qui ressemble plus au copier-coller d’une production du lobby nucléaire qu’à un travail d’analyse sérieux qui aurait pu être le bienvenu !

Aussi, nous tenons à dénoncer le rapport Goua - Mariton présenté le 30 septembre en Commission à l’Assemblée Nationale et à protester officiellement contre l’utilisation du nom des associations et de leurs représentants pour le crédibiliser. Nous invitons par contre les deux rapporteurs à communiquer largement sur les coûts insurmontables que serait pour la Nation un accident majeur à Fessenheim, ce qu’un peu d’objectivité devrait aussi les amener à envisager.

André Hatz

Pour le Collectif

andre.hatz@wanadoo.fr

tél. +33 3 88 08 00 27

gsm +33 6 82 02 69 79



MENU
Actualités