Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Revue de presse

Janvier 2017 / Ouest France

La Corée du Nord prête à tirer à tout moment un missile intercontinental





La Corée du Nord a affirmé être prête à tirer un missile intercontinental « à tout moment et à tout endroit désigné par le dirigeant Kim Jong-un », célébré par des milliers de Nord-Coréens jeudi. | AFP

La Corée du Nord a affirmé ce dimanche être prête à tirer un missile balistique intercontinental «  à tout moment et à tout endroit désigné par le dirigeant Kim Jong-un  ». Cette nouvelle menace intervient trois jours après les défilés grandioses où des milliers de Nord-Coréens ont chanté la gloire de leur dirigeant. Dans son discours de Nouvel an, Kim Jong-Un avait vanté l’imminence d’un test de missile balistique intercontinental.

«  Le missile sera lancé à tout moment et tout endroit déterminé par le quartier général suprême de la Corée du Nord  », a déclaré un porte-parole du ministère des Affaires étrangères, cité par l’agence de presse officielle KCNA.

Kim Jong-un a annoncé le 1er janvier que la Corée du Nord était en passe de procéder à un tir expérimental de missile balistique intercontinental.

Un saut «  qualitatif  »

Le pays est sous le coup de sanctions des Nations unies depuis 2006, en raison de ses essais nucléaires et de missiles balistiques. Les sanctions ont été renforcées en décembre, dans la foulée du cinquième et plus important essai nucléaire nord-coréen, qui remonte au 9 septembre.

Les États-Unis ont constaté jeudi un saut «  qualitatif  » des capacités nucléaires et de missiles de la Corée du Nord, après une année marquée par un nombre d’essais sans précédent.

Les experts estiment toutefois que même si le pays est près de tester un missile intercontinental (ICBM selon l’acronyme anglais), il lui faudra encore des années pour perfectionner son arme.

Une «  menace grave  » pour les États-Unis

Une fois mis au point, un tel missile pourrait menacer le continent nord-américain, qui est à 9 000 km de la Corée du Nord. Les ICBM ont une portée moyenne d’environ 5 500 km mais certains sont capables de parcourir 10 000 km ou plus.

Le secrétaire américain à la Défense Ashton Carter a estimé que le programme nucléaire nord-coréen constituait une «  menace grave  » pour la sécurité des États-Unis.

La défense anti-aérienne américaine est prête, a-t-il ajouté, à abattre tout missile nord-coréen «  s’il s’approche de notre territoire ou du territoire de nos amis et alliés  ».

«  Ça n’arrivera pas  !  »

Le président américain élu Donald Trump a réagi aux propos du dirigeant nord-coréen en déclarant que la Corée du Nord ne se doterait jamais d’une arme nucléaire menaçant les États-Unis. «  Ça n’arrivera pas  !  », a-t-il lancé lundi sur son compte Twitter.

«  Les États-Unis sont les seuls à blâmer pour avoir poussé la Corée du Nord à développer ses ICBM en s’accrochant de manière désespérée à une politique hostile anachronique vis-à-vis de la Corée du Nord  », a commenté le porte-parole du ministère nord-coréen des Affaires étrangères cité par l’agence KCNA.

«  Quiconque veut négocier avec la Corée du Nord serait bien avisé de changer sa manière de penser  », a ajouté le porte-parole.

 

> Voir la source


Thèmes
Nucléaire militaire