Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Nos communiqués de presse

L’industrie nucléaire aux abois cherche-t-elle des boucs émissaires pour sauver la face ?

Communiqué du 23 décembre 2016



Yannick Rousselet, chargé de campagne pour Greenpeace France, membre du Haut Comité pour la Transparence et l’Information sur la Sécurité Nucléaire nommé, pour 6 ans, par décret de la Ministre de l’Ecologie du 25 février 2015, a subi le 13 décembre 2016 une perquisition à son domicile par la Direction Générale de la Sécurité Intérieure (DGSI) au cours de laquelle tous ses supports numériques ont été saisis.



Que cherche le pouvoir ?

  • Etait-ce une forme d’intimidation avant la venue de Monsieur Cazeneuve le 16 décembre à Cherbourg (ancien maire-député de Cherbourg, appelé alors "le député Cogéma" devenue "Areva") ?
  • Est-ce pour faire pression sur Greenpeace par rapport à leur campagne et leurs actions de dénonciation de la situation financière calamiteuse d’EDF ?
  • Est-ce une tentative de contrer l’éventuelle publication de révélations supplémentaires sur l’état dégradé des aciers de générateurs de vapeur installés sur le tiers des 58 réacteurs ?
  • Est-ce pour intimider des salariés du nucléaire tentés de donner des informations sur les pressions subies pour déclarer les réacteurs bons pour le redémarrage ?
  • Est-ce une fuite en avant dans une dérive autoritaire du pouvoir pour masquer le fiasco du nucléaire ?

Quelles qu’en soient les raisons et prétextes, cette perquisition est insupportable et inacceptable.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" dénonce avec force cette tentative de bâillonner les antinucléaires et apporte tout son soutien à Yannick Rousselet et à Greenpeace.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" exige l’arrêt immédiat de cette procédure policière.

Contacts presse :

 Martial Chateau : 06 45 30 74 66

 Philippe Guiter : 06 77 35 53 03

Que cherche le pouvoir ?

  • Etait-ce une forme d’intimidation avant la venue de Monsieur Cazeneuve le 16 décembre à Cherbourg (ancien maire-député de Cherbourg, appelé alors "le député Cogéma" devenue "Areva") ?
  • Est-ce pour faire pression sur Greenpeace par rapport à leur campagne et leurs actions de dénonciation de la situation financière calamiteuse d’EDF ?
  • Est-ce une tentative de contrer l’éventuelle publication de révélations supplémentaires sur l’état dégradé des aciers de générateurs de vapeur installés sur le tiers des 58 réacteurs ?
  • Est-ce pour intimider des salariés du nucléaire tentés de donner des informations sur les pressions subies pour déclarer les réacteurs bons pour le redémarrage ?
  • Est-ce une fuite en avant dans une dérive autoritaire du pouvoir pour masquer le fiasco du nucléaire ?

Quelles qu’en soient les raisons et prétextes, cette perquisition est insupportable et inacceptable.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" dénonce avec force cette tentative de bâillonner les antinucléaires et apporte tout son soutien à Yannick Rousselet et à Greenpeace.

Le Réseau "Sortir du nucléaire" exige l’arrêt immédiat de cette procédure policière.

Contacts presse :

 Martial Chateau : 06 45 30 74 66

 Philippe Guiter : 06 77 35 53 03





Pour toute sollicitation médiatique, merci de contacter Charlotte Mijeon, chargée de communication et des relations extérieures.

charlotte.mijeon@sortirdunucleaire.fr
Tél : 06 64 66 01 23




Thèmes
Luttes et actions Organisations antinucléaires françaises