Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Des accidents nucléaires partout

France : Paluel : Une pompe du circuit primaire indisponible, une vanne mal positionnée, 3 jours pour s’en rendre compte




14 novembre 2017


L’exploitant de la centrale nucléaire de Paluel vient de déclarer que lors des opérations de redémarrage du réacteur 3 et de la montée en pression du circuit primaire, une pompe du système de contrôle volumétrique et chimique est restée indisponible plusieurs jours. Ce système participant à l’intégrité de la seconde barrière de confinement, elle aurait du être pleinement fonctionnelle dès le début des opérations de redémarrage, comme l’exigent les règles d’exploitation. L’évènement a été classé au niveau 1 car le problème n’a été identifié que 3 jours plus tard : le débit n’était pas celui attendu car une vanne située en amont sur le circuit était mal positionnée.


Ce que dit EDF :

Le 13/11/17

Déclaration d’un événement significatif de sûreté de niveau 1 (échelle INES) concernant la détection tardive de l’indisponibilité d’une pompe liée à la mauvaise position d’une vanne

Le 30 octobre 2017, les équipes de la centrale nucléaire de Paluel procèdent à des opérations dans le cadre du redémarrage de l’unité de production numéro 3. Dans ce cadre, les équipes réalisent la montée en pression au-dessus de 45 bars du circuit primaire.

Le 3 novembre 2017, lors de la réalisation d’un essai périodique dans le cadre des opérations de montée en pression, les opérateurs constatent un débit anormal sur l’injection d’une pompe. Le diagnostic technique conclut au mauvais positionnement d’une vanne. Celle-ci est immédiatement remise dans la bonne position et le débit d’injection retrouve aussitôt une valeur normale. Cet événement a été déclaré par la centrale nucléaire de Paluel le 10 novembre 2017 à l’Autorité de Sûreté Nucléaire, comme évènement significatif sûreté de niveau 1, sur l’échelle INES qui en compte 7.

L’unité de production numéro 3 de la centrale nucléaire de Paluel est en phase de redémarrage après arrêt pour réalisation d’une visite décennale. L’unité de production numéro 1 est à la disposition du réseau national d’électricité. L’unité de production numéro 2 est à l’arrêt pour maintenance. L’unité de production numéro 4 est à la disposition du réseau national d’électricité.

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-de-paluel/actualites/declaration-d-un-evenement-significatif-de-surete-de-niveau-1-echelle-ines-concernant-la-detection-tardive-de-l-indisponibilite-d-une-pompe


Ce que dit l’ASN :

Le 14/11/17

Détection tardive de l’indisponibilité d’une pompe contribuant à assurer l’intégrité de la seconde barrière de confinement en cas de perte totale des sources électriques du réacteur 3

Le 10 novembre 2017, EDF a déclaré à l’ASN un événement significatif relatif à la détection tardive de l’indisponibilité d’une pompe du système de contrôle volumétrique et chimique du circuit primaire du réacteur, qui constitue un écart aux règles générales d’exploitation.

Les règles générales d’exploitation sont un recueil de règles approuvées par l’ASN qui définissent le domaine autorisé de fonctionnement de l’installation et les prescriptions de conduite associées.

Le 3 novembre 2017, lors des opérations de redémarrage du réacteur 3 à la suite de son arrêt dans le cadre de sa troisième visite décennale, EDF a réalisé un essai périodique d’une pompe du système de contrôle volumétrique et chimique. Lors de cet essai, le débit de la pompe n’était pas conforme à l’attendu, en raison d’une vanne en aval de la pompe qui ne se trouvait pas dans la position requise. EDF a immédiatement remis la vanne concernée en conformité. Cependant cette pompe était requise depuis le 30 octobre 2017 en application des règles générales d’exploitation.

Cette pompe contribue à l’alimentation en eau des joints des pompes primaires en cas de perte totale des alimentations électriques du réacteur, afin d’assurer l’intégrité de la deuxième barrière de confinement constituée par le circuit primaire. Un second dispositif, complémentaire, était cependant disponible et aurait pu assurer cette fonction.

Cet écart n’a pas eu de conséquence sur le personnel ou sur l’environnement. Toutefois, en raison du caractère tardif de sa détection, cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES.

https://www.asn.fr/Controler/Actualites-du-controle/Avis-d-incident-des-installations-nucleaires/Detection-tardive-de-l-indisponibilite-d-une-pompe2