Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Des accidents nucléaires partout

France : Gravelines : 4ème incident en 10 jours : Surdose de bore dans le circuit primaire du réacteur 4




16 juin 2017


Le 13 juin 2017, l’exploitant de la centrale nucléaire de Gravelines se rend compte que la concentration en bore dans le circuit primaire du réacteur 4 est trop élevée. Il a fallu vidanger 10% de l’eau contaminée du circuit pour rétablir un taux de dilution correct, et l’opération a pris 30 heures, soit près de 4 fois plus de temps que ne l’imposent les règles d’exploitation. L’incident a été classé au niveau 1. C’est le 4ème qui survient sur le site de la centrale en 10 jours.


L’exploitant du site nucléaire de Gravelines semble avoir des difficultés d’exploitation. En effet, une série d’incidents (4 entre le 3 et le 13 juin) touche actuellement les réacteurs 4, 5 et 6 de la centrale.

Le 6 juin 2017, le réacteur 6 s’est arrêté automatiquement. Le 7 juin c’est de la fumée en zone nucléaire du réacteur 5 qui nécessite l’intervention des pompiers (voir notre article à ce sujet). Le 3 juin, 2 écarts se sont cumulés lors des opérations de redémarrage du réacteur 5 (voir notre article à ce sujet). Le 13 juin, une partie de l’eau contaminée du circuit primaire du réacteur 4 a du être vidangée pour rétablir le taux de bore qui était anormalement élevé. Outre le problème du taux de concentration hors norme, l’opération nécessaire pour rétablir une dilution conforme a pris bien plus de temps que le délai imposé par les règles d’exploitation des centrales nucléaires.

Détails de ce dernier évènement significatif pour la sûreté classé au niveau 1 :

Ce que dit EDF :

Le 16/06/17

Dépassement du délai de mise en conformité de la concentration en bore d’un circuit

L’unité de production n°4 est actuellement en phase de redémarrage, après arrêt programmé pour maintenance et renouvellement du combustible.

Le 13 juin 2017 à 18h10, dans le cadre des mesures faisant partie du processus de redémarrage, les équipes de la centrale constatent une concentration en bore  [1] dans le circuit primaire supérieure aux valeurs requises par les spécifications techniques.

Pour retrouver le niveau de bore conforme, les équipes ont appliqué la procédure applicable à un réacteur à l’arrêt : celle-ci consiste à vidanger une partie du circuit (environ 10%) et y rajouter de l’eau pour diluer la concentration en bore. Cette opération a nécessité une trentaine d’heures, dépassant ainsi le délai fixé par les règles d’exploitation à 8 heures.

Ce dépassement de délai n’a pas eu de conséquence ni sur la sûreté des installations, ni sur l’environnement. Il constitue toutefois un écart. Par conséquent, l’événement a été déclaré le 15 juin 2017 par la direction de la centrale de Gravelines à l’Autorité de Sûreté Nucléaire comme événement significatif pour la sûreté au niveau 1 de l’échelle INES qui en compte 7.

Les unités de production n°1, 2, 3 et 6 sont en fonctionnement. L’unité de production n°5 est en arrêt programmé pour visite décennale.

https://www.edf.fr/groupe-edf/nos-energies/carte-de-nos-implantations-industrielles-en-france/centrale-nucleaire-de-gravelines/actualites/depassement-du-delai-de-mise-en-conformite-de-la-concentration-en-bore-d-un-circuit


[1Le bore est un produit neutrophage utilisé pour maîtriser la réactivité en chaîne.