Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Des accidents nucléaires partout

Image / illustration
États-Unis : Hanford : Effondrement en cours d’une galerie de stockage de déchets nucléaires




10 mai 2017


Le site nucléaire d’Hanford aux États Unis est la plus grande poubelle de déchets nucléaires du pays. À l’origine site de production de plutonium pour les premières bombes atomiques américaines, cette installation est située dans l’état de Washington à proximité de Seattle.

Ce mardi 9 mai 2017, l’alerte au confinement a été donnée à tous les employés du site en raison de la détection d’un effondrement en cours d’une galerie souterraine qui contient des wagons emplis de déchets nucléaires.


Aucune fuite ne semble avoir été détectée pour le moment mais la question de la récupération et de la gestion de cette quantité de déchets nucléaires se pose d’ores et déjà.

Le site de Hanford comporte 170 cuves contenant près de 200 000 m3 de déchets radioactifs et chimiques et a connu de nombreux problèmes de fuites jugées catastrophiques en 2013 et 2016.

D’après le département de l’énergie américain : "Il y a des inquiétudes à propos d’un affaissement dans le sol couvrant un tunnel ferré près d’une ancienne installation de produits chimiques. Les tunnels contiennent des substances contaminées".

Jusque dans les années 60, les rejets d’effluents radioactifs des installations étaient réalisés directement dans la nature et près de 4 millions de litres de boues radioactives se sont répandues dans l’environnement proche, le site d’Hanford serait ainsi le site le plus contaminé d’Amérique.

Communiqué de presse CRIIRAD

La CRIIRAD est déjà intervenue à titre exploratoire sur le site de Hanford en 2008, voici un extrait de leur communiqué de presse analysant les infos connues sur ce nouvel accident :

Effondrement d’un tunnel sur le site nucléaire de HANFORD USA : une situation préoccupante

Mardi 9 mai 2017, sur le site nucléaire de Hanford (état de Washington, à environ 300 km au sud-est de Seattle), aux Etats-Unis, a été constaté un effondrement d’un tunnel qui contient des déchets radioactifs. L’effondrement a une surface d’environ 6 mètres par 6 mètres.

Ce site gigantesque dépend du Département de l’Energie américain (U.S. Department of Energy : DOE). Le DOE a déclenché la procédure d’urgence interne. Il a été demandé aux travailleurs du site nucléaire de rester confinés. Un dispositif de mesure de radioactivité commandé à distance a été mis en oeuvre à côté du tunnel. Selon le DOE les premiers résultats n’ont pas mis en évidence de contamination et le confinement a été progressivement levé.

Le tunnel d’environ 109 mètres de long avait été construit dans les années 50 et 60 à côté de l’usine d’extraction de plutonium PUREX (Plutonium Uranium Extraction Plant) mise en oeuvre dans le cadre du projet MANHATTAN pour l’extraction du plutonium à partir de combustibles hautement radioactifs. C’est sur ce site qu’a été extrait le plutonium utilisé dans la bombe atomique utilisée à Nagasaki en 1945. Le tunnel contient 8 wagons chargés de déchets radioactifs et rejoint un second tunnel plus long renfermant 28 wagons également chargés de déchets radioactifs. Ces tunnels avaient été scellés au milieu des années 90. Les tunnels sont construits avec du béton et du bois et recouverts d’environ 2,4 mètres de terre.

Voir le communiqué complet sur le site de la CRIIRAD

Ce que la presse en dit :

Radio Canada

L’état d’urgence déclaré au site d’entreposage nucléaire de Hanford dans l’État de Washington

Un tunnel d’entreposage où sont garés des wagons remplis de déchets nucléaires s’est partiellement effondré dans la réserve nucléaire de Hanford, dans le sud-est de l’État de Washington.

Cette réserve nucléaire, de près de 1500 kilomètres carrés, soit trois fois l’île de Montréal, se trouve à quelque 320 kilomètres au sud de Seattle, la métropole de l’État et à un peu plus de 500 kilomètres de Vancouver en Colombie-Britannique.

Un porte-parole du département de l’Écologie de cet État américain, Randy Bradbury, a assuré que l’incident n’a pas fait de blessé et que les responsables n’ont détecté aucune fuite de radiation.

Des centaines d’ouvriers du site (aucun ouvrier ne se trouvait dans le tunnel au moment de l’effondrement, mardi matin) ont reçu l’ordre de ne pas sortir à l’air libre, de bien s’assurer de la qualité de l’air là où ils se trouvent et de s’abstenir de manger ou de boire.