Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Revue de presse

Avril 2017 / La Dépêche du Midi

Essais nucléaires : les vétérans exposent leurs souvenirs



 

,

Avec les bibliothécaires, les vétérans devant une partie de l'exposition./Photo M.B..

D'entrée, les vétérans des essais nucléaires préviennent, « nous ne sommes pas antimilitaristes ! », pour que les choses soient claires ; leur slogan se résume en « vérité et justice ».

L'AVEN (Association des vétérans des essais nucléaires) se veut être une association médicale et juridique qui apporte aide et soutien aux victimes des essais nucléaires programmés par la France dans le Sahara et en Polynésie française entre 1960 et 1996.

La projection du film documentaire « AT (h) Ome », d'Élisabeth Leuvrey, avec le concours de la PUPAL, a donné lieu à une exposition à la médiathèque.

René Rey, référent juridique pour Midi-Pyrénées, en est le principal auteur : « Cette exposition est principalement centrée sur l'accident qui s'est produit à In Ecker, dans le Sahara algérien, le 1er mai 1962. » Ce dont parle d'ailleurs le documentaire projeté. « Elle fait partie d'une exposition plus complète concernant tous les sites sur 36 années d'essais nucléaires mais qui prend beaucoup de place. » Le deuxième essai nucléaire souterrain, dont le nom de code « Béryl » désigne désormais l'accident, laissa échapper de la montagne Tan Afella un nuage radioactif aux retombées dramatiques, des deux côtés de la mer Méditerranée : des hommes ont été irradiés, militaires et population civile, et les zones désertiques contaminées restent extrêmement dangereuses. Les vétérans sont les personnels civils ou militaires qui se sont retrouvés près des sites de tir et notamment des appelés outre-mer (en Polynésie) qui n'avaient pas particulièrement demandé à être là. Environ 150 000 personnes ont donc été touchées et l'association créée en 2001 a aussi pour but de recenser et retrouver une partie de ceux-là faisant suite aussi à quelques plaintes isolées auprès de l'État français qui n'ont pas abouti. « Pour les gens malades qui se sentent démunis devant les contraintes administratives, nous les aidons à monter les dossiers… mais ce n'est pas facile face à « la grande muette »

L’exposition, outre de faire connaître au public ce pan caché de l'histoire, a permis aux vétérans de se retrouver, parmi lesquels le président ariégeois Jacques François, à la tête d'une quinzaine d'adhérents, et Arlette Dellac, vice-présidente honoraire nationale.

 

> Voir la source


Thèmes
Nucléaire militaire