Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Nos communiqués de presse

Edouard Philippe nommé à Matignon : en marche vers l’impasse nucléaire !

Communiqué du 15 mai 2017



En choisissant Edouard Philippe comme premier ministre, Emmanuel Macron a choisi d’envoyer un signal exécrable dès le début de son quinquennat.

Directeur des affaires publiques d’Areva entre 2007 et 2010, Edouard Philippe avait notamment joué un rôle de lobbyiste auprès des élus de l’Assemblée Nationale au sujet des mines d’Areva au Niger. Il a donc défendu les actions d’une entreprise qui, au Niger, a pollué irréversiblement les territoires des peuples autochtoneset baigné dans les scandales financiers.

En tant que député du Havre, il a également voté contre la loi de transition énergétique et contre la loi sur la biodiversité.

Cette nomination est extrêmement inquiétante au regard des enjeux actuels : nécessité de décisions urgentes pour accélérer la transition énergétique, situation financière catastrophique d’EDF et Areva liée à une accumulation de mauvais choix, dégradation de l’état de sûreté du parc nucléaire, vieillissement des centrales, investissement imprudents en Grande-Bretagne pour construire deux réacteurs EPR, scandale des malfaçons à l’usine Areva du Creusot et ses conséquences notamment sur la cuve de l’EPR de Flamanville

Au vu du contexte actuel, aucune complaisance ne saurait être tolérée envers l’industrie nucléaire de la part de l’exécutif. Mais cette nomination d’un ancien VRP d’Areva laisse craindre le pire et en dit long sur l’intérêt réel d’Emmanuel Macron pour la transition énergétique. Il reste à espérer que les résultats des élections législatives viendront remettre en question cette orientation : les temps ont changé et une grande majorité de françaises et de français sont avertis, lucides et beaucoup moins tolérants envers cette proximité avec les lobbys !

Contact presse :

Martial Chateau - 06 45 30 74 66

En choisissant Edouard Philippe comme premier ministre, Emmanuel Macron a choisi d’envoyer un signal exécrable dès le début de son quinquennat.

Directeur des affaires publiques d’Areva entre 2007 et 2010, Edouard Philippe avait notamment joué un rôle de lobbyiste auprès des élus de l’Assemblée Nationale au sujet des mines d’Areva au Niger. Il a donc défendu les actions d’une entreprise qui, au Niger, a pollué irréversiblement les territoires des peuples autochtoneset baigné dans les scandales financiers.

En tant que député du Havre, il a également voté contre la loi de transition énergétique et contre la loi sur la biodiversité.

Cette nomination est extrêmement inquiétante au regard des enjeux actuels : nécessité de décisions urgentes pour accélérer la transition énergétique, situation financière catastrophique d’EDF et Areva liée à une accumulation de mauvais choix, dégradation de l’état de sûreté du parc nucléaire, vieillissement des centrales, investissement imprudents en Grande-Bretagne pour construire deux réacteurs EPR, scandale des malfaçons à l’usine Areva du Creusot et ses conséquences notamment sur la cuve de l’EPR de Flamanville

Au vu du contexte actuel, aucune complaisance ne saurait être tolérée envers l’industrie nucléaire de la part de l’exécutif. Mais cette nomination d’un ancien VRP d’Areva laisse craindre le pire et en dit long sur l’intérêt réel d’Emmanuel Macron pour la transition énergétique. Il reste à espérer que les résultats des élections législatives viendront remettre en question cette orientation : les temps ont changé et une grande majorité de françaises et de français sont avertis, lucides et beaucoup moins tolérants envers cette proximité avec les lobbys !

Contact presse :

Martial Chateau - 06 45 30 74 66





Pour toute sollicitation médiatique, merci de contacter Charlotte Mijeon, chargée de communication et des relations extérieures.

charlotte.mijeon@sortirdunucleaire.fr
Tél : 06 64 66 01 23




Thèmes
Lobby nucléaire