Réseau Sortir du nucléaire
BoutiqueAgendaFaire un donEN

Revue de presse

Février 2017 / Le Quotidien

Centrale nucléaire de Doel : l’AIEA formule des recommandations




La centrale de Doel. (photo AFP)

L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) a recommandé jeudi à la Belgique de prendre en compte tous les aspects techniques liés au vieillissement de sa centrale de Doel, dont l’exploitation est prévue jusqu’en 2025.

«  La centrale doit s’assurer que tous les systèmes, structures et composants sont intégrés dans le périmètre de la gestion du vieillissement durant la période d’exploitation à long terme », a indiqué l’agence dans un communiqué, à l’issue d’une inspection sur place.

L’Agence fédérale belge de contrôle nucléaire (AFCN) a donné en octobre 2015 son feu vert à une prolongation de dix ans, jusqu’en 2025, des deux plus anciens réacteurs du pays, Doel 1 et Doel 2 (nord), entrés en service en 1975.

Les inspecteurs de l’AIEA, qui se sont rendus sur le site mi-février, ont noté « des progrès significatifs en terme de gestion du vieillissement et de préparation d’une exploitation sûre à long terme ».

Toutefois, la centrale exploitée par Electrabel (filiale du groupe français Engie, ex-GDF Suez), doit «  finaliser l’examen et la mise à jour des programmes de gestion du vieillissement pour les structures et les composants civils », note l’agence onusienne basée à Vienne.

La Belgique prévoit une sortie progressive du nucléaire, qui doit s’étaler jusqu’en 2025.

Le vieillissement de son parc nucléaire, dont certains réacteurs ont subi ces derniers mois une série d’arrêts inopinés et d’incidents, fait polémique depuis plusieurs années, en premier lieu dans les pays voisins, l’Allemagne, les Pays-Bas et le Luxembourg.

Les réacteurs Doel 3 et Doel 4 n’étaient pas concernés par la visite des experts de l’AIEA.

Le Quotidien / AFP

 

> Voir la source


Thèmes
Sites nucléaires